Dans Libérez votre créativité, Julia Cameron propose conseils et exercice pour exprimer pleinement son sens créatif : peinture, écriture...
Chroniques d'ouvrage | Créativité

Libérer sa créativité avec Julia Cameron (2/2)

8 février 2019

Au mois d’octobre, je vous présentais le célèbre ouvrage de Julia Cameron : Libérez votre créativité. J’avais en effet énormément entendu parler de ce livre, notamment sur les réseaux. Après avoir lu moult avis et chroniques, j’ai décidé de me forger ma propre opinion sur cet ouvrage au titre séduisant. Pour aller vraiment au bout du concept, je m’étais lancé le défi de suivre le programme de trois mois délivrée par la coach en créativité. Ses promesses? Lever nos blocages, nous délester de nos mauvaises habitudes comme de nos inhibitions. Rien que ça. Pendant douze semaines, conseils et exercices devaient permettre de renouer avec sa créativité.

J’étais un peu sceptique, mais après tout, il faut bien expérimenter de nouvelles choses et sortir de sa zone de confort, sinon, on n’avance pas beaucoup ! 🙂 Qu’en est-il réellement au bout du compte? La méthode de Julia Cameron est-elle efficace à moyen termes?

Apprendre à dompter sa créativité

La lecture de Libérez votre créativité n’est pas dénuée d’intérêt. Julia Cameron rappelle qu’il est normal d’avoir peur, de connaître des doutes et des échecs. Ces derniers ne doivent pas nous empêcher d’aller de l’avant, ni de créer. Elle propose d’entrée de jeu deux outils censés nous guider tout au long de os semaines d’apprentissage : les pages matinales et le « rendez-vous avec l’artiste. » Deux concepts séduisants sur le papier !

Les pages du matin sont des « vagabondages quotidiens » qui ont pour seul but de donner libre court à nos pensées, sans pression ni censure. Ces pages peuvent s’apparenter à une pratique spirituelle et forment « la carte de notre propre intérieur » en nous délestant de nos émotions négatives. Le rendez-vous avec l’artiste, quant à lui, consiste à s’accorder deux heures par semaine pour s’accorder un moment de libre, rien qu’à soi. Un temps pour lire, dessiner, faire une promenade, aller voir une exposition; autant de pratiques anodines qui vont permettre de nourrir notre puits créatif. En soi, c’est une bonne initiative, plutôt simple à mettre en œuvre et qui force à se dégager un minimum de temps pour soi.

D’une manière générale, Julia Cameron parvient à insuffler énergie et motivation à son lecteur. On sent qu’elle maîtrise effectivement son sujet et que son expérience de professeur lui a donné matière à réfléchir. Néanmoins, j’ai trouvé le ton trop didactique, presque scolaire, comme si la créativité était une « matière » qui pouvait s’enseigner comme n’importe quelle discipline (ce dont je doute un peu, à titre personnel). Julia Cameron adopte une posture très professoral qui m’a gênée. En même temps, c’est parfaitement logique : elle se présente bien dès le départ comme professeur en créativité qui délivre des cours à ses étudiants. Le ton est posé d’emblée!

L’autre point qui m’a dérangé, c’est le jargon employé pour parler de la reconquête créative. Il suffit de regarder le titre des chapitres : « Retrouvez un sentiment d’identité », « Retrouver un sentiment d’intégrité », « Retrouver le sens des liens », « Retrouver le sens de la compassion », « Retrouvez le sens de la foi ». Ahem…What? Ce genre de vocabulaire me parle très peu à vrai dire. Et après lecture, je ne me sentais pas particulièrement plus éclairée. Par ailleurs, Julia Cameron parle beaucoup de Dieu dans son ouvrage…Et pour moi, là aussi, ça coince un peu. Chacun est libre de ses croyances et de ses choix spirituels, bien sûr, mais je n’ai pas apprécié cette référence permanente pour ce touche à la créativité. Mettre Dieu et le « Génie créateur » à toutes les sauces quand il s’agit d’art me semble un peu limité.

Pour finir, j’avais un sentiment de redondance extrême à la lecture de l’ouvrage, au point que je n’arrivais pas dégager des axes clairs. Je serais incapable de résumer le livre de manière synthétique! Le propos manque bien trop de clarté et surtout de concision. Tant est si bien qu’à la fin de ma lecture, en toute honnêteté, je ne me suis pas sentie plus avancée…

Exercices et contrôles pour tester sa créativité?

Très vite, j’ai senti que ça allait coincer niveau exercices. Il y en a beaucoup trop ! Chaque semaine, il y en a huit à dix (!) à faire (dont certains quotidiennement). Rien que de voir ça me coupait l’envie de le faire (esprit rebelle…! ) Plus sérieusement, ces exercices ont été bien trop chronophages. Les premières semaines, j’y passais presque une heure, entre les pages matinales et les divers exercices d’écriture et de « prise de confiance en soi ». Certains de ces exercices m’ont paru très rébarbatifs. Et là aussi, beaucoup de répétitions. Par exemple, des listes à dresser à n’en plus finir et dont je ne voyais pas l’utilité. Finalement, après m’être prêtée au jeu un moment, j’ai décroché complètement. Ce type d’exercice n’avait aucun effet particulier sur moi…Mais me faisait perdre pas mal de temps.

Si la notion d’exercice me semble très intéressante en matière de créativité, celle de contrôle me parle beaucoup moins. Là aussi, le concept est tout simplement trop scolaire et ne prend pas du tout pour moi. Je n’ai quasiment jamais fait ces fameux « contrôles » pour ne pas éventuellement culpabiliser de ce que je n’étais pas parvenue à accomplir. C’est presque une pression supplémentaire, là où l’ouvrage est censé nous en délivrer. Pour le coup, c’est un peu dommage…

En fin de compte, j’ai refermé ce livre plutôt déçue. J’avais lu beaucoup d’éloges ou de chroniques très enthousiastes à son propos, et je ne comprends pas vraiment pourquoi. Outre le style général qui relève de la pure subjectivité, je n’ai pas aimé cette « méthode » qui pour moi n’en ai pas une. Tous ces « efforts » ne semblent pas mener à grand chose…Peut-être est-ce un manque d’ouverture de ma part? Je pense plutôt que ce livre n’est tout simplement pas fait pour tout le monde! 🙂

Pour résumer

Les + : une première parti intéressante, avec deux outils fondamentaux très intéressants : les pages du matin et le rendez-vous avec l’artiste.

Les – : beaucoup de blabla teinté d’une pseudo-spiritualité qui n’a pas pris sur moi. Un ton professoral et didactique un peu froid et abstrait. Un manque de concision et de clarté générale. Des exercices dont on peut remettre en question l’efficacité.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire