Dans la Forêt de Jean Hegland. Cet incroyable roman pubié pour la première fois aux Etats-Unis en 1996 n'a été traduit en français qu'en 2017. Une pure merveille, une ode à la nature et à l'humanité, à lire absolument.
Coups de coeur | Lecture

Dans la forêt : l’essence de la vie

29 octobre 2018

J’ai déjà publié un post sur mon compte instagram pour exprimer mon amour, mon coup de cœur absolu pour ce roman incroyable de Jean Hegland : Dans la forêt. Je ne tarissais pas d’éloges sur ce livre, tout en précisant qu’il m’était impossible de mettre des mots concrets sur mon ressenti et que je ne me voyais pas faire de chronique dessus. Et pourtant, j’ai encore envie d’en parler. Juste pour continuer de le partager. Pour vous enjoindre à le lire, de tout mon cœur.

La nécessité de la survie

Récit apocalyptique et intimiste, Dans la Forêt raconte l’histoire de deux adolescentes, Nell et Eva, contraintes de survivre dans la maison familiale au cœur de la forêt, alors que la civilisation moderne est en train de s’écrouler. Sous forme d’un faux journal, Nell, la narratrice, raconte jour après jour leur quotidien difficile et les aléas de la survie. Des évènements qui ont entraîné le rapide déclin de la société, on ne sait finalement que très peu de choses; ce n’est pas là l’essentiel. Ce qui intéresse, au-delà du simple récit de survie, c’est une interrogation permanente sur la société de consommation et sur le retour à la nature. Les deux protagonistes, peu à privées de tous les objets qui constituaient leur quotidien, apprennent à se séparer de ce qu’elles croyaient être autrefois l’essentiel.

Le passé persiste à travers de multiples souvenirs, évoqués dans le récit mais encore présent dans la maison. Ce passé s’inscrit dans un décor de désolation, subtilement évoqué par certains objets. Un chausson de danse usé, un clou rouillé, une robe pleine de poussière ou un sachet de thé percé. Chaque détail compte, et chaque objet retrouvé dans la maison revêt une importance cruciale. Ainsi un vieux chocolat de Noël, oublié au fond d’une ancienne boîte à bijoux devient plus qu’une merveilleuse trouvaille, mais une relique sacrée.

Au delà de la clairière

La forêt, large étendue de chênes et de séquoias, entoure la maison et enveloppe peu à peu les deux soeurs. La forêt est à la fois amie et protectrice, mais aussi source de méfiance et de dangers. Personnage à part entière, elle est le théâtre des temps forts de leur existence solitaire, pour le meilleur comme pour le pire. On y joue, on s’y cache, on s’y réfugie; on y côtoie la douleur, le chagrin, la haine et la solitude.

De plus, Jean Hegland possède un incroyable pouvoir d’évocation : tous les sens ou presque sont ainsi convoqués pendant la lecture. Les précieuses conserves empilées dans des bocaux, remplies de pêches, de prunes et de tomates qui attendent d’être mangées. Les plantes sauvages aux noms exotiques ramassées dans la forêt. La chaleur du poêle et d’une tasse quotidienne de thé “blanc”. Le froid et l’obscurité d’une nuit silencieuse au cœur de la forêt. Et bien sûr, le bruit des pluies d’hiver et le contact de la terre fraîche mainte et mainte fois retournée. Toutes ces odeurs, toutes ces couleurs créent une atmosphère unique, entre passé et présent, entre confinement et liberté.

Dans la forêt est donc une lecture que je vous invite grandement à découvrir. Même si d’aventure l’ambiance particulière de ce récit ne vous touchait pas autant que moi, le roman mérite malgré tout le détour et ne pourra vous laisser complètement indifférent.

Avis lecture : Dans la Forêt de Jean Hegland. Cet incroyable roman pubié pour la première fois aux Etats-Unis en 1996 n'a été traduit en français qu'en 2017. Une pure merveille, une ôde à la nature et à l'humanité, à lire absolument.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire